Cameroun : Critiqué pour avoir rejoint le RDPC, Jean-Jacques Ekindi se défend «Je n’ai trahi personne… J’étais sur un vélo et je pédalais sur place »

Jean-Jacques Ekindi

Le désormais ex coordonateur du Mouvement Progressiste (MP) s’est attiré les foudres de guerre de certains internautes après avoir annoncé son retour dans le RDPC, un parti qu’il connait très bien.

Comme une trainée de poudre, la nouvelle s’est rapidement répandue sur les réseaux sociaux, et le chasseur du Lion est alors mangé dans toutes les sauces. Ses détracteurs l’accusent notamment d’avoir trahi le peuple.

Mais cet homme politique à la réputation établie ne va se laisser malaxer. Ce matin sur ABK radio, le Jean Jacque Ekindi a dit n'avoir de compte à rendre à personne. « En allant au RDPC je n’ai trahi personne… On ne peut trahir que la confiance», balance-t-il sans ambages. « Si les Camerounais disent que le MP n’a que feux militants, Hilaire Dzipang et moi. Alors le seul que j’aurais trahi c’est Hilaire Dzipang. On ne peut pas parler de trahison alors que ces Camerounais ne m’ont pas accordé leur confiance lors des élections» se justifie Jean-Jacques Ekindi.

Jean-Jacques Ekindi avoue que le parti qu’il avait crée en 1992 n’avait plus de poids politique pour prétendre  faire avancer les choses. Raison pour laquelle il a chosi de retourner dans le parti au pouvoir. «Je ne peux donc pas m’y confiner. Combien de jeunes ont voté la liste Jean-jacques Ekindi ?», S’interroge-t-il.

« En politique c’est comme sur un vélo. Vous restez sur place vous tombez. Il faut pédaler. Ce qui m’intéresse c’est la Politique», ajoute l’ancien parlementaire.

Dans ses envolées, Ekindi martèle qu’il ne pouvait absolument pas quitter le MP pour un autre parti d'opposition. « Ce serait faire du sur place pour celui qui veut avancer », lance-t-il. « Quand j’écoute les messages qui me parviennent…Je ne me vois pas du tout entrain de me mêler à des actions manifestement illégales. Quand je ne comprends pas je n’avance pas. On a fait plusieurs tentatives d’alliances dans l’opposition avec les mêmes résultats. On a perdu tout le capital de 92 car chacun a voulu la part du Lion. L’Union pour le changement a porté le SDF et le SDF s’est approprié la victoire», conclut-il.