Cameroun-Justice: André Luther Meka annonce une plainte pour « menaces de mort » contre Brenda Biya

André Luther Meka

Depuis l’ultimatum de la Brigade Anti-Sardinard à Brenda (BAS) Biya à Paris le jeudi 15 octobre 2020, des camerounais proches du régime en place se mobilisent pour apporter leurs soutiens à la fille de Paul et Chantal Biya.

Sur les réseaux, il est même attribué à André Luther Meka, l’un des fervents défenseurs de Paul Biya, un document demandant 26 millions de FCFA au Cabinet civil pour défendre Brenda Biya. « Tous les jeunes apportent leurs soutiens à Brenda Biya. Réunion de stratégies de riposte à Douala pour Brenda Biya. Objectifs identification des quartiers et localisation des ennemis de la République. On ne touche pas à Brenda Biya. On ne touche pas à la princesse Bankou. Brenda Biya. Le match ne fait que commencer », tel est le message qui circule en boucle, et dont la signature est présentée comme étant celle d’André Luther Meka.

Si l’intéressé reconnait être un patriote qui défend les institutions de son pays et sa jeunesse, il rejette cependant en bloc cette information selon laquelle il veut une enveloppe du Cabinet Civil de la présidence.

«Je ne suis ni de près, ni de loin responsable de cette approche. Les jeunes ont réagi spontanément aux agressions de la BAS face à une jeune dame sans défense. Brenda Biya a été victime d’agression et les camerounais sont spontanément solidaires , écrit le grand communicant du RDPC, chef division des affaires générales à l’école Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC) de l'Université de Douala.

Par ailleurs, l’enseignant de communication se réserve le droit de trainer ses détracteurs en justice. « En ce jour, je vais rencontrer toutes les autorités securitaires de la ville de Douala notamment le gouverneur de la région du littoral, le délégué régional à la sûreté nationale, le colegion de la gendarmerie du littoral à l'effet de porter plainte contre X pour faux et usage de faux, faux en écriture d'un document portant mon nom et menaces de mort contre ma personne et celle de Brenda Biya », informe Meka, avant de révéler l’identité de ses conseils : Me Biligha, Me Achu, et Me Teguem.