Cameroun-Presse écrite : Le journal d’Amougou Belinga accuse Akere Muna, Maurice Kamto et Joshua Osih de "trahison"

Jean Pierre Amougou Belinga

Le journal l’Anecdote dans son édition de ce lundi 18 juin 2018, parlant de la prochain présidentielle titre à la Une « Tous sauf eux ».

Le journal donc la proximité avec le régime en place n’est plus à démontrer disqualifie ainsi donc trois candidats en lice pour la présidentielle qui en principe doit se tenir en octobre prochain. Akere Muna, Maurice Kamto, et Joshua Osih, tels sont les personnages politique cités par le Tri hebdomadaire de Jean pierre Amougou Belinga.

« En attendant aux membres du congres américain de contrecarrer le président Biya, Akere Muna, Maurice Kamto et Joshua Osih ont trahi la démocratie, le peuple et les institutions qui fondent la souveraineté du Cameroun », écrit le journal.

En effet, le groupe de presse l’Anecdote accuse les trois leaders politique d’intelligence avec les Etats-Unis pour « déstabiliser le régime de Yaoundé »

Au cours de l’émission à grande écoute « Tour d’Horizon » du 12 juin 2018, les « dinosaures » de l’information s’étaient déjà insurgés contre Maurice Kamto, Akéré Muna, Joshua Osih en les qualifiant d’« ennemies de la République »

« J’ai eu de la nausée et du dégout pour ces personnes qui, dans mon intime conviction souffrent d’une constipation intellectuelle. Lorsque ces mousquetaires animés par ce que monsieur Tchiroma appelle "esprits malsains de déstabilisation" se lèvent et s’en vont dans une représentation diplomatique pour supplier de tout faire pour que la crise anglophone perdure et qu’il n’ait pas élections dans les régions du Nord-Ouest et Sud-ouest-Ouest afin de déstabiliser le régime de Yaoundé, c'est dire qu'il y a un problème… », avait soutenu Martial Owona, directeur des rédactions du journal l’anecdote et par ailleurs conseiller technique numéro trois du PDG du groupe l’Anecdote Jean Pierre Amougou Belinga

« Aujourd’hui il y a le spectre de l’intervention américaine qui plane. Et on voit comment ceux qui souhaitent diriger le Cameroun se comportent. Il y a trois candidats à l’élection présidentielle au Cameroun qui sont allés à l’ambassade des États –Unis dire là-bas qu’il faut tout faire pour que Biya ne soit pas président, utiliser tous les moyens possibles. Je cite Akéré Muna, Maurice Kamto et Joshua Osih », ajoutait pour sa part Ernest Obama

Positions très tranchées qui ont créé des réactions au sein de l’opinion. L’activiste et journaliste d’investigation Boris Bertolt parle d’une « bataille finale qui se précise ». Selon lui, « il est important d’analyser les discours pour comprendre et situer les jeux et dynamiques de pouvoir », car dit-il c’est la « représentation des médias de l’élite dominante »

35543386_1947180135305719_3698318724231593984_n.jpg