• OLBIF
  • 24-09-2020
  • 3755 Clics
En marge de la tempête insurrectionnelle insufflée mardi par le MRC de Maurice Kamto, tempête bien esquivée par l’immense majorité des camerounais, un gang de terroristes a échoué à Bamenda devant les Forces de Défense, déterminées à rétablir La  paix au Nord-Ouest et au Sud –Ouest. Deux régions camerounaises en proie aux exactions de la crise anglophone.

Selon des sources sécuritaires, une patrouille motorisée rejoignant la base Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) de Bamenda, par un itinéraire secondaire, est tombée dans une embuscade tendue par des terroristes sécessionnistes au quartier Tankah. Après les premiers coups tirs nourris sur le cortège, les éléments du BIR  ont débarqué de leurs vecteurs motorisés pour organiser une riposte proportionnelle à l'agression en cours. Par la suite,  d'intenses combat se sont poursuivis sur un terrain marécageux à proximité, racontent les mêmes sources qui évoquent également un lourd bilan.

En effet, au cours des combats, une femme d’une cinquantaine environ, coté civil,  « a été atteinte au niveau de la hanche par une munition dont l'origine reste à expertiser et déterminer », apprend-on. La victime a été évacuée à l'infirmerie du 3°BIR, puis à l'hôpital régional de BAFOUSSAM à bord d'une ambulance des Forces de Défense. Sa prise en charge est dite totale et assurée.

Dans le camp des séparatistes, des sources sécuritaires parlent de 04 terroristes neutralisés, 03 blessés et en fuite. Sur le plan matériel, c’est un presqu’un arsenal de guerre qui a été confisqué. Il s’agit notamment de  02 armes artisanales, 02 pistolets automatiques, 75 munitions 5,56×45, 29 munitions de calibre 12, 83 munition de 9 mm, 01 Téléphone cellulaire,  02 sacs à dos, 03 kilogrammes environ de poudre à canon dans divers plastiques, 08 seringues à prise de stupéfiants, et de multiples gris-gris.

Il faut noter que c’est depuis 2016 que le Cameroun fait face à cette crise sociopolitique dans ses deux régions anglophones que sont le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Et les Forces de Défense y sont engagées pour contenir les exactions des séparatistes extrémistes qui ne lâchent pas prise dans leur entreprise terroriste. Les opérations du 22 septembre à Bamenda se déroulées alors qu’un appel à l’insurrection contre le régime de Yaoundé, lancé par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et alliés a été ignoré par l’immense majorité des camerounais.