Dschang: La commune vient d’acquérir une tractopelle neuve

© Photo: roch Kenfack, La tractopelle sur un porte-char

Afin de d’apporter une solution pérenne aux questions d’assainissement solides, le maire de Dschang a acquis une tractopelle neuve. L’engin a coûté quatre-vingts millions de francs (80 000 000 Fcfa).

« L’exécutif actuel avait l’obligation de s’inscrire dans la continuation de la mission commencée par d’autres, il y a très longtemps, sous peine de déchéance pour défaillance. […] Et nous devons tous nous féliciter pour avoir été en capacité de piloter, avec Nantes et Nantes Métropole, ce partenariat qui a abouti à l’acquisition des deux engins cités plus haut, [car] la capacité de Dschang à mobiliser des partenaires est une prouesse… »

Voilà comment Jacquis Kemleu, maire de Dschang, a extériorisé le sentiment qui l’a animé le jeudi 1eroctobre courant, au moment où il a reçu les clés et les papiers d’une tractopelle de série 426F2, de marque Caterpillar. Acheté à l’état neuf, pour un coût total de quatre-vingts (80 000 000 Fcfa), « Cet engin s’ajoute au pick-up tous-terrains Peugeot, acquis pour densifier les opérations menées au sein de l’Agence municipale de gestion des déchets (AMGED), conduite de main de maître par Barthelemy Ndongson, son directeur… »

L’acquisition de ces deux machines est à inscrire dans le cadre de la mise en œuvre des politiques publiques à Dschang, au travers du volet assainissement, dans le secteur de la gouvernance locale. Et de l’avis du maire Kemleu, l’assainissement renvoie certes d’abord à la collecte des déchets, qui sont une matière première ici appelés "or-dur", mais aussi à la libération des emprises de toutes les voies publiques.

Cette tractopelle est armée : d’un godet qui lui permet de casser si nécessaire, les constructions de ceux qui voudraient résister à la réglementation en vigueur ; d’un bras mécanique articulé, bien pratique dans le nettoyage des drains, pour protéger les populations des inondations ; d’une pelle chargeuse, nécessaire à l’enlèvement des déchets.

Si cette dernière fonctionnalité de la machine a été mise particulièrement en exergue, tout au long de l’activité de communication menée en après-midi de ce jour-là, c’est pour une raison évidente. La commune doit l’obtention du nouvel engin aux activités du volet "Enlèvement des déchets", de l’AMGED.

Et à la compagnie Tractafric, l’opérateur ayant commandé et réceptionné la tractopelle, le maire a dit merci d’avoir proposé l’offre technique et financière la meilleure, qui fait aujourd’hui la fierté des populations de Dschang.

Seulement, peut-on penser que les actions à venir de cet outil de travail, couplées aux efforts quotidiens de l’équipe de l’AMGED, suffiront à eux seuls pour venir à bout des dépôts sauvages d’ordures ? Que Non ! La contribution citoyenne de toutes les populations restera donc indispensable, à tout succès éventuel !