Ouest-Dschang: Jacquis Kemleu offre deux ambulances à l’hôpital et à la commune

© Photo: Roch Kenfack, Visite de l'ambulance par des personnalités

Pour aider l’hôpital de district de Dschang (HDD) à relever les défis, qui entravent son fonctionnement, Jacquis Kemleu a offert une ambulance à la formation sanitaire, et une autre à la commune dont il est le maire.

Le district de santé de Dschang couvre 4 des 6 arrondissements du département de la Menoua (Fokoué, Fongo-Tongo, Nkong-Ni et Dschang), plus le groupement Fondonera dans l’arrondissement de Santchou. Et l’hôpital de district de Dschang (HDD), sa formation hospitalière phare, s’étend sur 4 hectares sécurisés par une clôture de parpaings, non crépis. Le plus ancien bâtiment de cet établissement date de la période coloniale (1924).

Bien qu’il existe quelques formations sanitaires privées dans la ville, le taux d’occupation des 170 lits de l’HDD (81,86%), ainsi que la création récente d’une faculté de médecine à l’université de Dschang, indiquent toute l’importance qu’occupe cette structure, dans l’offre sanitaire attendue par les plus de 450 000 âmes de l’ensemble du département.

Or, l’HDD semble bien loin de répondre aux attentes des uns et des autres, de façon satisfaisante. D’après le contenu du document intitulé "Hôpital de district de Dschang : Doléances urgentes à réaliser.", publié en janvier 2020, et co-signé de Dr Joseph Fondop, directeur de l’HDD, les obstacles qui entravent le bon fonctionnement de cette maison sont immenses. Dire même qu’ils sont infinis presque( !), ne parait pas excessif.

En guise d’illustration, l’on pourrait citer de façon non-exhaustive, les besoins : d’une ambulance médicalisée ; la réhabilitation du bloc opératoire ; l’acquisition de supports pour gaz médicaux ; l’équipement biomédicaux pour les blocs opératoires et le service de radiologie ; le défaut de rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite ;

la construction d’un bloc opératoire de renfort et d’une buanderie, pour le nettoyage du linge médical ; l’édification d’un linéaire de 400 mètres de couloirs couverts, pour faciliter les déplacements entre les bâtiments ; l’installation d’une centrale à oxygène ; la réhabilitation des services de radiologie et d’hospitalisation des tuberculeux ; l’édification d’une cuisine pour les malades ;

la rénovation du circuit de plomberie, de l’ensemble du réseau électrique et des toilettes, ainsi que le carrelage du sol ; l’acquisition d’un forage avec pompe électrique, pour pallier aux coupures intempestives d’eau ; l’augmentation de la puissance du courant électrique, fourni par l’opérateur du service public (ENEO) ; l’insuffisance du personnel, tant en qualité qu’en quantité (la moitié de l’effectif est directement prise en charge par l’hôpital lui-même)…

Avec une capacité fonctionnelle de 170 lits, contre 145 en capacité réelle, cette institution a perdu l’usage de son matériel roulant, destiné aux évacuations sanitaires internes et externes, le 13 octobre 1975. Près de 45 ans plus tard, un fils de la localité, Jacquis Kemleu, a apporté une réponse à cette défaillance, à travers le don de deux ambulances. L’une a été remise à l’HDD, et l’autre à la commune du même nom. La cérémonie, double et brève, a eu lieu devant la direction de l’hôpital, le 6 avril 2020.

Dans son discours de circonstance, le donateur a présenté sa sollicitude telle une conséquence de ses promesses électorales, avant d’inviter le directeur de l’HDD à déjà apprêter un bâtiment, pour accueillir le scanner qui allait prendre la mer dans les prochains jours, afin de flotter vers les rivages du Cameroun, avec pour destination finale l’HDD. Continuant d’égrener son discours, il a ajouté :

« L’entreprise de forage dont je suis le directeur a déjà effectué des études, géophysique et hydrogéologique, sur le site de l’hôpital. Et l’atelier de forage que vous observez d’ici est à l’œuvre, pour réaliser un point d’eau d’une profondeur de 110 M, avec un débit de 3 à 4 M3/H… » Cette autre réalisation est le fruit d’une convention signée avec la commune de Dschang.

Saluant cette initiative, Godlive Mboke Ntua, préfet de la Menoua, a dit merci : « Je voudrais simplement souligner que la personne qui offre le don, qui nous rassemble ici, est le maire de cette commune. Mais, c’est en tant qu’individu qu’il a posé cet acte. Donc, merci à monsieur Kemleu. Merci à monsieur le maire… »