Cameroun : Pour Owona Nguini, le MRC en difficulté surfe déjà sur le « mouvement 10 millions de nordistes »

Le MRC de Maurice Kamto pense pouvoir mettre en difficulté le parti présidentiel dans son bastion du Grand Nord, en surfant sur le « mouvement 10 millions de nordistes », pense le Pr Mathias Owona Nguini.

Dimanche passé, sur le plateau du débat sur Info Tv, le Pr Owona Nguini a été interrogé sur le « Mouvement 10 Millions de Nordistes », un mouvement qui vient se voir interdire par le gouvernement.

Sans passer par quatre chemins, le politologue a indiqué que ce mouvement faisait déjà l’objet d’une exploitation du MRC. Raison pour laquelle il fallait immédiatement l’interdire et mettre fin à l’imposture de ceux qui croient avoir une légitimité pour représenter le peuple. « Je comprends que le Mrc ayant clairement perçu que sa stratégie première qui était de prendre le pouvoir en s’appuyant à tort ou à raison sur le foyer communautaire grassfields-Bamiléké, d’abord dans son terroir géographique puis dans ses prolongements dans un certains nombres de régions du Cameroun est un échec, a décidé d’attaquer le Rdpc dans son recevoir politique du Grand Nord », a déclaré le fils de l’ancien ministre Joseph, bien connu pour sa dent dure contre Maurice Kamto et le MRC.

De l’avis du Pr Owona Nguini, le MRC pour damer le point au RDPC, tente de s’attaquer aux problèmes structurels, parce qu’il sait que ces problèmes créent de la frustration chez une grande parti de la population notamment chez les jeunes, . «Ces tensions-là vont se convertir en tension identitaire et on va aller sur un terrain du même type que celui du Nord-Ouest et du Sud-Ouest » analyse le vice-recteur en charge de la coopération et des relations avec le monde des entreprises à l’université de Yaoundé I,

Rappel, dans un arrêté daté du 18 novembre, le ministre de l’Administration territoriale , Paul Atanga Nji, a interdit le mouvement « 10 millions de Nordistes » du journaliste Guibaï Gatama, directeur de publication de « l’œil du Sahel ».

Les autorités estiment que ce mouvement « porte atteinte à l’unité nationale et au principe de coexistence pacifique entre les composantes sociologiques de la nation ».