Prof. Désiré Avom : Ce qu'il faut retenir du colloque sur le Franc CFA à l'Université de Dschang

Prof. Désiré Avom

Les 03 et 04 avril 2019, les universitaires des pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre, et même de la France, ainsi que des cadres de la BEAC et de la BCEAO, ont pris part à l'Université de Dschang, au colloque intitulé : "Le Franc CFA en débat".

A l'issue de deux jours d'échanges, le directeur du Centre d'Etudes et de Recherche en Management et Economie de cette université, Prof. Désiré Avom, a indiqué aux médias ce qu'il faut retenir.

Voici ses propos.

"Le débat sur le Franc CFA a mal commencé. Il a commencé dans la rue. Il n'aurait jamais du aller dans la rue. Nous avons eu le temps de le ramener à l'université, l'espace qu'il n'aurait jamais du quitter. Il était question pour nous de réfléchir pour proposer un certains nombre de recommandations à nos différents chefs d'Etat. Ce qui ressort premièrement des deux jours de colloque, c'est que le Franc CFA n'est pas qu'une question monétaire. C'est une affaire qui intéresse les spécialistes de science politique, de sciences de gestion, de sociologie, de psychologie et même de médecine. D'où l'intervention des scientifiques de diverses disciplines à ce rendez-vous. Deuxièmement, il ressort qu'il y a un juste milieu à trouver entre deux positions qui s'affrontent sur le F CFA. Il y a un camp qui est pris au piège de la colonisation. Pour lui, le F CFA renvoie à la France et celle-ci doit partir. Les tenants de cette position veulent qu'on sorte de cette zone sans nous proposer une alternative. En face, il y a les partisans du statut quo. Ils font partie d'un camp qui a peur de l'inconnu. Nous proposons la voie intermédiaire. Celle-ci consiste à réformer la zone Franc. Pour réformer la zone Franc, il faut se poser de bonnes questions. Il faut définir un timing. Il faut choisir le bon moment.. Il faut surtout choisir ce sur quoi vont reposer les négociations, en considérant que la monnaie doit pouvoir résoudre un ensemble de problèmes auxquels les pays utilisateurs sont confrontés. "