Nécrologie : L’ancien premier ministre Sadou Hayatou est mort

Sadou Hayatou

L’ancien premier ministre Sadou Hayatou est mort ce matin à l'âge de 77 ans en Suisse de suite de longue maladie.

Biographie (wikipedia)

Sadou Hayatou est né le 15 février 1942 à Garoua. Il a suivi l'essentiel de ses études en France, est titulaire d'une licence en sciences économiques, obtenue à l'université de Toulouse, puis d'un diplôme de l'institut des hautes études d'outre-mer à Paris.

Revenu au pays en 1967, il entre l'année suivante au ministère du Développement industriel où il est nommé directeur adjoint, puis directeur en 1969, des produits de base. Il accède au grade d’administrateur civil la même année. Parallèlement, il est vice-président de l'Alliance des pays producteurs de cacao de 1969 à 1970 puis président de l'Organisation interafricaine du café (OIAC) de 1970 à 1971. En 1974, il est détaché à la BICIC, une banque publique, en qualité de directeur général adjoint.

En 1976, il est promu directeur général de cette société et en 1979, administrateur-directeur général. Sous la présidence de Paul Biya, il est ministre de l’Agriculture, du 22 août 1983 au 24 août 1985, ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire, du 24 août 1985 au 4 décembre 1987, et ministre des Finances du 4 décembre 1987 au 7 septembre 1990.

À ce dernier poste, il se signale en négociant un programme de redressement économique avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale2.

En 1990, il est nommé secrétaire général de la Présidence de la République, fonction qu'il exerce jusqu'à sa nomination au poste de Premier ministre, quand celui-ci est réinstauré le 25 avril 19912. Il doit alors affronter une vague de protestation sans précédent, marquée par une grève générale dans le cadre des opérations « ville morte » lancées par l’opposition.

Le 9 avril 1992, il est remplacé comme Premier ministre par Simon Achidi Achu. De mars 1993 à janvier 2008, il exerce la fonction de directeur national de la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC) à Yaoundé.